Participate Translate Blank profile picture
Image for Cafébabel soutient Riace

Cafébabel soutient Riace

Published on

NetworkImmigrationParis

Cette petite commune italienne de Calabre est devenue le symbole de l’accueil des migrants en Italie. Alors que son maire, Domenico Lucano, est vilipendé par Matteo Salvini, la résistance s’organise. Cafébabel, en compagnie de ses partenaires - le salon « Des livres et l’alerte » et Crim’HALT -, propose une projection du film Un paese di Calabria qui retrace l’histoire de ce miracle italien, le 18 novembre à Paris.

Lundi 2 octobre, la nouvelle tombe et fait le tour des médias européens : Domenico Lucano est mis en examen. Il est accusé de favoriser l’immigration illégale en ayant abusé de sa situation de maire pour venir en aide à des migrants sans papiers. On lui interdit alors de quitter le territoire. Victoire pour Matteo Salvini - ministre de l’Intérieur et leader de la Lega (extrême-droite) - qui en a fait sa tête de turc. Pourquoi ? Parce que celui que l’on surnomme « Mimmo » est connu pour l’intelligence de son système d’accueil des migrants qui a redonné vie à un village dépeuplé. Ni une ni deux, la résistance s’organise afin de soutenir ce maire qui a pris le risque de se mettre lui-même en danger vis-à-vis de la loi.

L’histoire que nous raconte Sue Aiello et Catherine Catella dans Un paese di Calabria est celle d’un village perdu, loin de tout et abandonné par ses habitants, partis faire fortune dans le nord. Le débarquement d’un navire d’exilés kurdes en 1998 sur la plage en contrebas du village va changer l’histoire du lieu. L’accueil d’urgence offert par les habitants va se transformer en une rencontre d’opportunités. Le cœur historique du village ne tient debout que par miracle, les maisons risquent de s’effondrer d’un jour à l’autre et même l’église est en ruine. La mairie propose à ceux qui le souhaitent de sauver de la disparition ce bourg médiéval en créant un système d’échange local : travail contre logement. Le miracle prend forme et 20 ans plus tard Riace est l’un des rares villages à gagner des habitants dans toute la Calabre.

Indispensable

Au plus fort de la crise migratoire qui voit débarquer des milliers de demandeurs d’asile sur les côtes italiennes, Mimmo « Capatosta » (tête dure) comme se plaît à l’appeler la journaliste Tiziana Barillà, propose l’aide de son village pour désengorger les grands centre d’accueil d’urgence. Dans le même temps, le monde entier découvre ce village au destin particulier, qui a fait de l’accueil des plus démunis un moyen pour reconstruire une utopie, tout en faisant entrer son maire dans le classement des 100 personnalités les plus influentes au monde en 2016 ! Car Riace est plus qu’un modèle. Ici l’agro-écologie fonctionne depuis plusieurs années et la fraternité est devenue synonyme d’apprentissage collectif. Un saut dans le temps impensable pour les habitants âgés du village, qui ne pensaient pas trouver un jour des jeunes Ghanéens, Syriens ou Nigériens à qui apprendre leur dialecte local…

Pour Cafébabel, magazine participatif européen, l’existence de Riace n’est pas une surprise. Nos rédacteurs italiens nous en avaient fait part depuis bien longtemps. Mais alors que l’extrême droite de Salvini s’en prend aux plus démunis, il était indispensable pour nous d’organiser cette projection, dont une partie des fonds sera reversée au village de Riace. On prendra même le temps de débattre en présence de Tiziana Barillà, autrice d’un livre d’entretien avec Domenico Lucano.


Le ciné-débat se déroulera au Cinéma Reflet Médicis, le dimanche 18 novembre à 20h30. L’entrée est payante, directement sur place (9,60€). Attention nombre de places limitées. Inscrivez-vous sur l'évènement Facebook.


Lire aussi : « Les médias, les migrants et Cafébabel »

Lire aussi : « Cafébabel et les médias européens de demain »

Voir aussi : « Réfugié assassiné en Italie : le silence gênant de l'Europe »