Participate Translate Blank profile picture
Image for Le prix Nobel de la paix à l'UE : nos « anti-prix Nobel »

Le prix Nobel de la paix à l'UE : nos « anti-prix Nobel »

Published on

SociétéPolitique

Le prix Nobel a déjà été décerné à Mère Teresa, Henry Kissinger et Barack Obama. Le 12 octobre 2012, c’est au tour de l’Union européenne. L’UE, ses 27 États membres et ses 500 millions de citoyens ont été sacrés pour avoir préserver la paix sur le Vieux continent pendant 67 ans mais aussi pour avoir donné sens à des mots-tendance comme « réconciliation » ou « démocratie ». Tandis que cafebabel.com accueille la bonne nouvelle, notre réseau paneuropéen est bien évidemment conscient que tout n’est pas rose. Mais le prix accordé par le comité Nobel norvégien récompense moins le présent neurasthénique de l’Union que son passé glorifiant. Pour bien capturer l’humeur vagabonde de nos concitoyens à la suite de l’annonce, nous vous présentons la liste de nos « anti-prix Nobel ». Autrement dit, ceux qui ont – sans le savoir – contribué à la reconnaissance d’une institution dans toutes ses dimensions.

La Duchesse d’Albe, prix Nobel de Physique

La duchesse d’Albe est sûrement le dérivé physique le plus impressionnant du monde moderne. Plus liftée que Mickey Rourke, ce phénomène gériatrique hallucinant est aussi à 85 ans la femme la plus titrée du monde, devant la Reine d’Angleterre. Ce prix Nobel ne restera donc qu’un petit accessoire pour la Duchesse qui fait partie des rares personnes à ne pas à avoir s’agenouiller devant le Pape, défiant ainsi toutes les lois de l’attraction. (Photo (cc) Marquinam/ Flickr)

Angela Merkel et Nicolas Sarkozy, prix Nobel de Chimie

« La fraternité entre les Nations » était l’un des critères édictés par Alfred Nobel pour gagner le prix. La campagne publicitaire de Benneton en 2011 a bel et bien reconnue la synthèse entre un Verseau (Nicolas Sarkozy) et un Cancer (Angela Merkel). Et les astres soutiennent la science : « Vous êtes tous les deux si différents que vous ne manquerez pas d'être fascinés l'un par l'autre. » (Photo (cc) Benetton Unhate Projects)

Elsa Fornero, prix Nobel d’Economie

Elle a publiquement démontré toute la tristesse d’une politique d’austérité en pleurant après avoir prononcé le mot « sacrifice ». La ministre du Travail italienne restera comme la première femme politique à avoir donné un visage humain aux mesures anti-crise. Espérons qu’elle ne craque pas trop lorsque nous lui décernerons son prix. (Photo : (cc) UK in Italy/ Flickr)

Mario Draghi, Nagroda Nobla w dziedzinie medycyny

Nagrodą Nobla za znaczące odkrycia w dziedzinie fizjologii lub medycyny, uhonorowany zostaje włoski prezes Europejskiego Banku Centralnego (EBC), Doktor Draghi. Nikt inny nie zna się lepiej na fizjologii UE, niż Mario Draghi. Nie ma jednak wątpliwości, że uruchomi on ''drukarkę banknotów'' (co paraliżuje strachem całą Europę), jeśli Merkel każe mu to zrobić. Fot.: (cc) Ondrej Kloucek/ Flickr

Viktor Orban, prix Nobel de Littérature

Grâce à sa formidable inspiration, le Premier ministre hongrois a réussi à mélanger pensées anti-européennes, étincelles conservatrices et atteintes aux libertés citoyennes. Ce cocktail explosif est désormais présent au sein de la Constitution hongroise qu’il a carrément réécrite tout seul dans un style « autocratique » absolument parfait. (Photo : European People's Party - EPP/ Flickr)

Aube Dorée, prix Nobel de la Paix

Syllogisme de base : il n’y a pas de paix sans guerre. C’est pourquoi nous récompensons le parti néo-nazi grec de Chryssi Avgi, Aube Dorée, entré au Parlement à l’issue des élections législatives de juin 2012 avec comme slogan : « La Grèce pour les Grecs, le sang et l’honneur ». Respect et robustesse. (Photo courtoisie de (cc) Stop Violence Against Women facebook page)

Translated from EU wins 2012 Nobel Peace Prize: our Anti-Nobel Prize winners (6 images)

loading...