Participate Translate Blank profile picture
Image for Un calendrier fait revenir le féminisme à la poil

Un calendrier fait revenir le féminisme à la poil

Published on

Style de vie

 Un calendrier plein de femmes toutes nues. Oui, mais pas n’importe lequel. Pas de ceux qu’on accroche dans un coin de son garage entre le congélateur et la boîte à outils. Celui-ci a été lancé le 8 mars 2012, journée internationale des droits des femmes, et rassemble des photos de féministes dénudées, en hommage à la bloggeuse égyptienne Aliaa Magda Elmahdy. Fin 2011, la jeune étudiante de 20 ans avait osé s’afficher nue sur son blog pour provoquer les islamistes de son pays. Né d’une idée de l’Iranienne Maryam Namazie (porte-parole de Equal Rights Now) et élaboré par Sonya JF Barnett (co-fondatrice du mouvement féministe SlutWalk), le « Nude Photos Revolutionnary Calendar » rassemble 13 clichés de féministes nues qui se déclinent comme un hommage à Aliaa Magda Elmahdy car pour Barnett, « il faut qu’elle sache qu’il y a d’autres femmes comme elles, prêtes à repousser leurs limites pour exprimer leur indignation. »

Aliaa Magda Elmahdy

Le 23 octobre 2011, l'étudiante de la Faculté des Beaux Arts de l'Université Américaine du Caire pose nue sur son blog pour lutter contre le sexisme et le harcèlement sexuel, fléaux de l'Egypte actuelle.

« Condamnez les modèles qui ont posé nus dans les écoles d’art au début des années 70, censurez les livres d’art et détruisez les statues nues de l’Antiquité. Puis déshabillez-vous, regardez-vous dans un miroir, brûlez ces corps que vous détestez tant et débarrassez-vous pour toujours de vos complexes sexuels avant de m’adresser vos insultes chauvines et oser nier ma liberté d’expression. »

Photo: blog de Aliaa Magda Elmahdy

Avril 2012

 Anne Baker et Poppy Wilson St. James, mère et fille (Royaume-Uni): « Nous sommes là pour l’amour, les bisous, les votes démocratiques et le droit de signer en notre nom et notre sexe. »

Photo: © Julian Baker

Mai 2012

 Sonya JF Barnett, graphiste et co-foundatrice de SlutWalk (Canada): « Je suis destinée à être célébrée, pas censurée. »

 Photo : © max+gna

Juin 2012

 Luisa Batista, professeure d’anglais et traductrice (Pays-Bas): « Tous les êtres humains sont égaux et devraient avoir le droit de s’exprimer sans avoir peur pour leur vie. »

 Photo : © Mark Neurdenburg

Juillet 2012

 Amanda Brown, fondatrice de We Are Atheism (Etats-Unis): « Le dogme ne déterminera jamais où je m’assois, ce que je porte et comment je vis. »

 Photo : © Adam Brown

Août 2012

Greta Christina, bloggeuse athée et auteure (Etats-Unis): « Je possède mon corps. Non, plus que ça : je « suis » mon corps. Et personne n’a le droit de me dire comment je dois l’utiliser, au nom d’un dieu qui n’existe pas. »

Photo: © Michael Rosen

Septembre 2012

 Emily Dietle, bloggeuse athée (Etats-Unis):« La diffusion effrénée de l’information met la liberté à notre portée. Sans liberté d’expression, comment pouvons-nous l’atteindre ? »

Photo: © Adam Brown

Octobre 2012

Alena Magelat, membre du mouvement Femen (Ukraine): « Notre corps nu défie le patriarcat, la dictature et la violence. Nous inspirons les intellectuels ; les dictateurs sont terrifiés. Femmes du monde entier, venez, déshabillez-vous, gagnez ! »

Photo: © Vitaly Pavlenko

Novembre 2012

 Maryam Namazie, militante iranienne à l'initiative du calendrier (Royaume-Uni) : « Mon corps n’est pas obscène. Le voiler l’est. »

Photo: © Ben Hopper

Décembre 2012

 Mallorie Nasrallah, photographe américano-syrienne (Etats-Unis): « Je le transporte avec moi partout où je vais. »

 Photo: © Mallorie Nasrallah

Janvier 2013

 Cleo Simone Powell, mère et actrice (Royaume-Uni): « Pourquoi ? Parce que je le peux. »

  Photo: © Julian Baker

Février 2013

 Nina Sankari, féministe (Pologne): « Une pensée libre dans un corps libre. »

  Photo: © Grzegorz Brzezicki

Mars 2013

 Saskia Vogel, journaliste américaine basée à Londres: « Contrôler la nudité crée une relation perverse avec le corps, soi-même et la sexualité. »

   Photo: © Lucy Fox Bohan

Avril 2013

 Maja Wolna, artiste et graphiste, avec son fils (Pologne): « Que cela concerne le sexe, l’orientation sexuelle, la religion ou la culture, nous sommes égaux. La dignité personnelle est la base de la civilisation humaine. »

   Photo: © Agnieszka Hodowana

loading...