Participate Translate Blank profile picture
Image for Ljubljana, une journée à squatter le Metelkova

Ljubljana, une journée à squatter le Metelkova

Published on

Story by

eroisa

Translation by:

Default profile picture Monique L

SociétéStyle de vie

J’atterris en Slovénie sans avoir la moindre idée de ce pays, pas même l'orthographe du nom de la capitale. J'ai toutefois glané quelques « préjugés bon marché » sur les Balkans, notamment sur la façon dont Ljubljana est regardée, mais pour moi, la ville m’est apparue comme une petite bourgade autrichienne. Je savais aussi que je voulais explorer le Metelkova mesto, une zone culturelle indépendante célèbre pour sa vie nocturne et son style de vie alternatif. En 1990, le ministère de la Culture a retapé les anciennes casernes militaires (des armées yougoslaves et austro-hongroise) pour une utilisation « pacifique et créative » Ainsi 200 organisations pacifistes ont pu louer de l'espace. Évidemment la promesse n'a pas été tenue, un groupe de militants s’est donc retrouvé à squatter la zone afin d’échapper à sa destruction prévue en 1995. Bref, voici l’histoire de la création d'une petite république indépendante pleine d'énergies et de cultures diverses, à l’intérieur même de Ljubljana.

Benvenuti au Metelkova Mesto

Scupltures sur un des édifices qui composent le complexe du centre Metelkova Mesto.

(Photo © Eloisa d'Orsi)

Peintures sur un des édifices du centre Metelkova

(Photo © Eloisa d'Orsi)

Martin, de Prague, 20 ans

Il voyage seul à travers l'est de l'Europe. L'ouest dit-il, est ennuyeux. Il pratique l'épée traditionnelle et monte à cheval. Il est sur le point de s'acheter un cheval pour aller en Mongolie avec sa fiancée. Il voudrait s'acheter une petite maison en Roumanie qu'il aime beaucoup, à la frontière avec l'Ukraine.

(Photo © Eloisa d'Orsi)

Relax à Ljubljana

Deux Slovènes passent l'après-midi au centre Metelkova Mesto, qui en plus d'accueillir des jeunes, comme des artistes de partout, est également un refuge pour les âmes en peine.

Photo © Eloisa d'Orsi.

Yalla yalla !

Nejc, barman du « yalla yalla » club, un bar situé à l'intérieur des bâtiments qui composent le complexe de Metelkova Mesto, et ayant une riche programmation musicale multiculturelle.

(Photo © Eloisa d'Orsi)

Leight, 28 ans.

De père canarien et de mère irlandaise, elle est née au Venezuela. Ayant grandi en Irlande, elle est venue faire un stage Erasmus en Slovénie où elle a connu Gregory – un traducteur d'anglais – avec lequel elle a choisi de revenir vivre. Elle ne réussit pas à trouver du travail mais est heureuse d'avoir appris le slovène.

(Photo © Eloisa d'Orsi)

Bibliothèque itinérante

Le vieux tramway de la commune de Ljubljana, utilisé comme bibliothèque itinérante, récupéré par les occupants de Metelkova.

(Photo © Eloisa d'Orsi)

Souvenirs souvenirs

Leight, en face de l'entrée d'un studio, à Metelkova Mesto où elle a travaillé quand elle avait tout jute débarqué à Ljubljana.

(Photo © Eloisa d'Orsi)

Inspiration ?

Artiste de Metelkova Mesto en face de son studio.

(Photo © Eloisa d'Orsi)

La filiation de l'art

Malala, fille d'un chanteur très célèbre de Madagascar, a commencé à chanter avec lui et est devenue chanteuse à son tour. Ici, elle mange une pizza avec son fils et avec David, un artiste sud-africain connu lors d'un séjour artistique à Bali, qui a depuis exposé à Metelkova.

(Photo © Eloisa d'Orsi)

Urban reporter

Un jeune photographe et sa muse au travers des rues de Ljubljana.

(Photo © Eloisa d'Orsi)

Rêve de gloire

Julia et Katia sur le toit du ROG (découverte archéologique industrielle, ndt). Katia veut être modèle et Julia chanteuse. Elles sont convaincues qu'elles partiront l'année prochaine pour Los Angeles. Le succès les attend.

(Photo © Eloisa d'Orsi)

Une bière, s'il vous plait

Alee, la barmaid de l'Hostel Celica, situé à l'intérieur de l'enceinte de Metelkova, elle est heureuse parce que ce travail lui permet de connaître des gens de partout et de tchatcher en mille langues différentes. Elle veut se rendre en Afrique.

(Photo © Eloisa d'Orsi)

En haut de l'affiche

David, sud-africain, née dans une famille très pauvre, ayant obtenu une bourse d'études en Indonésie, a réussit à faire ce qu'il voulait faire, l'artiste. Après son exposition à Metelkova, est-ce qu'une exposition personnelle serait programmée au musée... de Johannesburg ?

(Photo © Eloisa d'Orsi)

La ragazza del Yalla Yalla

Efa Supertramp, 21 ans, du Pays de Galles, à peine arrivée de Sofia, chante au « yalla yalla » à Metelkova Mesto. Elle dort au ROG et est en partance pour plusieurs autres villes lors de sa première tournée en Europe de l'Est.

(Photo © Eloisa d'Orsi)

Salut de Ljubljana

Dancing au « yalla yalla », lors d'une soirée de cumbia et de musique latine organisée par un jeune DJ africain.

(Photo © Eloisa d'Orsi)

Cet article fait partie de la dixième et dernière édition de cafebabel.com 2012 concernant la série d'articles « MultiKulti » ou le multiculturalisme en Europe. Merci à l'équipe de cafebabel.com de Ljubljana

Translated from Lubiana, un giorno da squatter a Casa Metelkova

loading...