Participate Translate Blank profile picture

La Belgique vire à droite

Published on

Translation by:

Graziella Jost

Bruxelles

S’il faudra du temps avant de connaître le nouveau visage du gouvernement fédéral belge, une chose, au moins, est sûre : le centre droit sort grand gagnant de ces élections, tandis que les socialistes dégringolent. Et si, en Wallonie, les socialistes (PS) ont perdu des voix, leur grand frère flamand (sp.a – Spirit) a perdu la tête.

Par rapport à 2003, le PS a perdu 2,11% des voix à la Chambre et 2,59% au Sénat, tandis que le sp.a-Spirit a perdu 4,54% à la Chambre et 5,42% au Sénat.

Par rapport à 2003, le PS a perdu 2,11% des voix à la Chambre et 2,59% au Sénat, tandis que le sp.a-Spirit a perdu 4,54% à la Chambre et 5,42% au Sénat.

S’il est clair que le PS a payé pour les affaires à Charleroi (où il se maintient toutefois premier parti politique), il est plus délicat de définir ce qui a déterminé le désastre des socialistes néerlandophones. En effet, un an seulement après les élections administratives, marquées par un bon score du sp.a – Spirit, et la bataille gagnée à Anvers contre l’extrême droite du Vlaams Belang, personne n’avait prédit un si mauvais résultat.

C’est vrai que les comportements électoraux sont devenus tellement volatiles qu’il n’y a pratiquement plus de cohérence entre les scores des élections au niveau local, régional et fédéral. Pourtant, si l’on cherche des pistes ne faut-il pas se tourner vers le voisin français ? Se pourrait-il que les socialistes à travers l’Europe aient à souffrir d’un effet « Sarkozy » après les élections présidentielles en France ? En Belgique, seuls les verts de gauche, en particulier le parti francophone Ecolo, ont atteint un bon score, grâce à la fois, au vote des électeurs de gauche déçus par les socialistes et à l’irruption des questions environnementales dans les débats actuels à tous les niveaux.

Ce qui est inquiétant dans ces élections, c’est le maintient de l’extrême droite flamande. Le Vlaams Belang atteint presque 12% (+0,4% par rapport à 2003) à la Chambre et au Sénat (+0,57%). Il ne s’agit que d’une légère augmentation par rapport aux élections de 2003 : il n’empêche, ce parti, qui se déclare anti-démocratique et raciste, rassemble plus d’électeurs que les socialistes flamands et presque autant que les libéraux flamands (Open VLD, 12,40%). Certes, les partis démocratiques belges continuent de maintenir le Vlaams Belang loin du pouvoir, refusant d’accorder un siège gouvernemental à ses représentants. Mais les élections de 2007 sont un rappel aux forces démocratiques que la bataille contre l’extrême droite est toujours d’actualité.

Translated from Belgium turns right

loading...