Participate Translate Blank profile picture
Image for Julien Campredon, con

Julien Campredon, con

Published on

BrunchCulture

Du pays des Lumières, émergent parfois ces zones d’ombres que seul certains auteurs se proposent d’éclairer. Julien Campredon est de ceux-là. En se réclamant « écrivain du sud », le Toulousain ranime la Province d’un coup de plume que certains trouvent génial, d’autres effrayant. Rencontre chez lui, à Rabastens, en plein Languedoc. Au centre du monde. 

Au­tant le dire tout de suite. Qui­conque a déjà eu dans les mains un livre de Ju­lien Cam­pre­don a for­cé­ment ex­pé­ri­menté un voyage sen­so­riel aussi dé­fri­sant qu’une pous­sée d’hor­mones sté­roïdes. Au­teur de 3 re­cueils et d’une nou­velle, ga­geons que le Tou­lou­sain ne lé­sine pas avec les sens. De L’at­taque des Dau­phins Tueurs à Brû­lons tous ces punks pour l’amour des Elfes, les his­toires contées ren­voient vo­lon­tiers l'image d'un écri­vain sous acide, noir­cis­sant des Mo­les­kines avec la fré­né­sie d’un né­vro­pathe. Il le dit lui-même : « on me prend pour un co­caï­no­mane com­pul­sif ». Le terme vient de cer­tains cri­tiques qui n’ont pas saisi, qu’au-delà des titres, se te­nait là en creux « une étude sur la folie de notre temps ».

Che­va­lier des êtres

Pour­tant, Ju­lien Cam­pre­don n’est pas vrai­ment le Doc­teur Fol­dingue. Juste un gars du sud pan­te­lant de bon­ho­mie, qui prend l’exer­cice de l’in­ter­view très au sé­rieux, vous vou­voie po­li­ment, et pro­fère par­fois « faut que j’ar­rête de dire voilà » quand il dit trop le mot « voilà ». « Moi je suis un pro­vin­cial », af­firme-t-il, en Fran­cis (Ca­brel) dans le texte. Nous sommes à Ra­bas­tens, com­mune du Tarn, à 40km de Tou­louse où selon la lé­gende « Ca­the­rine De­neuve al­lait cher­cher ses gâ­teaux ». Ju­lien re­çoit dans 220m2 ha­bi­table, frac­tion­nés sur trois étages. Comme sou­vent dans le sud, notre homme choi­sira la cui­sine pour s’ex­pri­mer. Der­rière lui, au-delà des vitres, un po­ta­ger. Der­rière nous, une su­perbe hor­loge an­cienne dont le ca­dran est frappé du nom de Gaillac, la cité mil­lé­naire de la ré­gion.

Cam­pre­don est un écri­vain du sud. Une par­ti­cu­la­rité qu’il en­tre­tient comme son jar­din puisque dans ses nou­velles l’es­pace - par­fois le temps - ont tou­jours pour point d’an­crage le Lan­gue­doc. Sa maxime ? « Ne pas être étran­ger chez soi ». Au­tre­ment dit, « faire souche ». Et pour Ju­lien, connaitre ses ra­cines, c’est ap­prendre l’Oc­ci­tan, la langue du tiers-sud de la France en­core par­lée, pa­raît-il, par 10 000 âmes. « L’Oc­ci­tan c’est un sym­bole. Un fac­teur d’as­si­mi­la­tion énorme, ex­plique-t-il, en se tor­tillant sur sa chaise d’ex­ci­ta­tion. Je pense même que c’est une in­tel­li­gence. Car la culture c’est ce qu’il y a entre le sol et le ciel. » Entre les lignes en tout cas, le monde de l’écri­vain s’ap­pré­cie avec de l’ali­got, des pointes de gras, des trou­ba­dours et une sa­crée al­ler­gie à tout ce qui se trouve au-des­sus de Bor­deaux.

« Je n'ai ja­mais com­pris ce qu’on me de­man­dait »

Ju­lien ne s’est pas tou­jours in­tér­rogé sur le droit du sol. A 17 ans, son dé­lire exis­ten­tiel, c’était les filles. Sujet d’une pre­mière his­toire pu­bliée dans une revue, la grande ques­tion de l’écri­vain nais­sant était : « mais pour­quoi les femmes sont-elles tou­jours in­ac­ces­sibles ? ». A l’époque, le jeune Cam­pre­don est en pre­mière L dans un éta­blis­se­ment qui a la pré­ten­tion d’ins­truire l’élite de la Na­tion : Fer­mat. Bien évi­dem­ment, Ju­lien est un gar­çon pas comme les autres. Dans les an­nées 90, quand la mode est aux che­mises vichy et autres coupes pous­sins, le petit ca­nard s’ha­bille comme un punk. « Je m’ha­billais comme les Clash, je me cou­pais les che­veux aux ci­seaux et je met­tais des pan­ta­lons dé­chi­rés », confesse-t-il dé­sor­mais vêtu d’un t-shirt à l’ef­fi­gie des Re­quins Mar­teaux. L’élève tour­men­tée passe de jus­tesse et…fait son droit. Sa mère est prof. Lui, ne sait pas quoi faire. Et passe donc au tra­vers de 5 an­nées de ga­lère dont « une en dé­pres­sion » jus­qu’à « la ré­vé­la­tion » : son mé­moire consa­cré à la no­tion de to­lé­rance dans l’En­cy­clo­pé­die de Di­de­rot et d’Alam­bert. Mais, de sa mai­trise, Ju­lien en fait une bou­lette et la jette à la pou­belle. « Je n’ai ja­mais com­pris ce qu’on me de­man­dait », lâche-t-il, un peu bou­gon.

Comme Tol­kien

Du punk, Cam­pre­don garde l’in­dé­pen­dance - « Do it Your­self ! Do it Your­self ! », ré­pète-t-il en ta­pant dans les mains quand on lui de­mande d’ex­pli­quer sa dé­marche - mais sur­tout, le goût de l’aven­ture. Quand il est re­parti de zéro, l’écri­vain a écumé « les bou­lots de merde » : veilleur de nuit, re­pré­sen­tant en sys­tème d’alarme, mé­dia­teur cultu­rel… Au­tant de mé­tiers qui ser­vi­ront sa cause lit­té­raire. Les punks, ce sont les gens qui dé­gra­daient le musée sur le­quel il veillait, « ceux qui at­taquent l’ins­ti­tu­tion ». Les elfes, ce sont les ar­tistes qu’il faut pro­té­ger, « le Beau es­thé­tique ». Coincé entre les deux, Ju­lien trans­pire le cas­sou­let. Mais en 2004, l’au­teur qui gri­bouillait ses his­toires dans les chiottes des centres d’art contem­po­rain, ren­contre Do­mi­nique Bordes de la mai­son d’édi­tion Mon­sieur Tous­saint-L’ou­ver­ture, « un mec qui m’a de suite com­pris ». Au­jour­d’hui, il sou­rit. Tout juste père à 35 ans, il en­chaine les jobs ali­men­taires de plus en plus proches de ses pas­sions. « Des tra­duc­tions et même une série, en Oc­ci­tan », pré­cise-t-il, fier comme un bar-ta­bac du Gers. Bien sûr, en bon­homme de l’être, Cam­pre­don râle en­core un peu. Pré­ci­sé­ment, sur la jeu­nesse. Lui, l’écri­vain ca­va­lier, se de­mande où est passé la ca­va­le­rie. « Où sont-les jeunes ? Où est le ro­ck’n’roll ? Je ne les en­tends pas. Et je n’ai au­cune rai­son d’al­ler les cher­cher. »

Ne vous fâ­chez pas. Lisez plu­tôt « Avant Cuba », la nou­velle qui fera peur à vos pa­rents et dans la­quelle un jeune s’en­dort de­vant un conseiller Pôle Em­ploi qui n’a qu’une hâte : par­tir en va­cances. De toute façon, il l’avoue, Ju­lien se sent un peu « jus­ti­cier ». C’est un peu pour ça qu’il tra­vaille à son pre­mier roman…de che­va­le­rie. Pour­quoi ? « Parce que ça au­to­rise tout. » Comme, par exemple, si­tuer l’ac­tion dans le Lan­gue­doc. « Tol­kien a créé un monde fan­tas­tique avec ses Hob­bits. Mais moi je n’ai pas be­soin parce qu’il est là, sous mes pieds. »

Brû­lons tous ces punks pour l'amour des elfes sor­tira en édi­tion Po­cket, le 5 sep­tembre pro­chain.

loading...