Participate Translate Blank profile picture
Image for Frontière franco-italienne : terre des fake news de l'extrême droite

Frontière franco-italienne : terre des fake news de l'extrême droite

Published on

RawSocietyLa frontière des extrêmesEditors PickLatest

En France comme en Italie, l’extrême-droite diffuse de fausses informations pour renforcer son ancrage territorial. Chiffres erronés, distribution d’un journal raciste et diffusion de fake-news, découvrez le deuxième volet de notre enquête « La frontière des extrêmes ».

Dans son cabinet, le maire détache son regard de la grande fenêtre qui le sépare de son bureau. Son visage est détendu et le bleu du ciel se reflète sur ses yeux clairs. La posture est affirmée et le costume taillé sur mesure. Une assurance propre à Gaetano Scullino, notamment depuis son élection à la mairie de Vintimille en mai 2019, première ville italienne après la frontière française. Une victoire qu’il doit au soutien des listes de la Lega et des Fratelli d’Italia, deux partis de droite souverainiste. L’appui permet à l’élu de battre dès le premier tour le maire sortant de centre gauche et de signer son grand retour en politique après avoir été destitué de son poste en 2012, mis en examen pour « concours externe à une association mafieuse ». Une « grande erreur » selon Gaetano Scullino, qui finit par être acquitté en 2016 en dernière instance.

Si Vintimille est une ville touristique et commerciale selon son maire, elle est aussi la ville où sont ramenés les migrants interceptés dans les Alpes-Maritimes, à qui l’accès a été refusé par la police française aux frontières. La frontière franco-italienne est particulièrement fréquentée depuis le début de la crise migratoire de 2015. Cette année là plus d’un million de personnes ont débarqué en Europe par la mer Méditerranée. Un nombre qui a fortement chuté ces quatre dernières années, comme l’indiquent les chiffres du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR), qui comptabilise 823 926 débarquements en Europe par la Méditerranée sur les quatre années additionnées.

Cette tendance est la même en Italie, où le ministère de l’intérieur enregistrait déjà en 2017 une diminution de 34,24 % des arrivées sur son territoire par rapport à 2016. Pour Gaetano Scullino, cette tendance est liée en « grande partie » à la politique menée par Matteo Salvini, ministre de l’intérieur de 2018 à 2019. De l’autre côté de la frontière, le candidat du Rassemblement National Philippe Vardon partage cette analyse le jour de l’inauguration de sa permanence à Nice en janvier dernier. « Salvini a permis de diminuer de 85 % le nombre de migrants en Italie et de moitié le nombre de morts en Méditerranée » affirmait le candidat un mois avant le premier tour des élections municipales.

L’art de faire parler les chiffres

Sauf que le nombre de migrants a diminué bien avant que Matteo Salvini soit nommé ministre de l’intérieur, en juin 2018. La baisse débute en août 2017, comme le montre ce document officiel du ministère de l’intérieur italien.

Document du ministère de l'intérieur italien
Document du ministère de l'intérieur italien

Cette tendance est donc dûe prioritairement aux décisions du gouvernement précédent. « Le nombre de débarquements sur les côtes de l’Italie a chuté pendant l’été 2017 suite à la signature des accords du gouvernement Gentiloni avec les milices libyennes », explique Daniela Trucco, chercheuse en sciences politiques et membre de l'Observatoire des migrations dans les Alpes-Maritimes. Elle fait référence à l’accord signé à Rome entre l’Italie et la Libye en février 2017, destiné à lutter contre le trafic illégal de migrants en Méditerranée. Parallèlement, le ministre de l’intérieur italien de l’époque Marco Minniti avait établi en juillet 2017 un code de conduite pour les ONG actives dans le secours en mer, qui avait pour but de restreindre leur action. Une des mesures du code consistait à compliquer le départ des bateaux, ce qui a permis une diminution progressive des débarquements.

Pour la chercheuse, le véritable impact de la politique de Salvini concerne davantage le statut juridique des arrivants. « Il concerne des personnes qui étaient déjà insérées dans le système d’accueil italien et qui en ont été exclus. Le premier résultat de la politique de Salvini a été de produire de l’irrégularité ». Avant novembre 2018, l’Italie offrait une protection aux personnes qui ne rentraient pas dans les critères du droit d’asile tels que décrits dans la convention de Genève, mais qui selon le SPRAR (Système de Protection des Demandeurs d'asile et des Réfugiés) étaient en danger dans leur pays d’origine. 25% des demandeurs d'asile ont bénéficié de cette protection en 2017. Cette possibilité a été supprimée par le « décret-loi Salvini », qui a réduit les possibilités d’obtenir une protection en Italie et permis d’augmenter les expulsions.

Cette abrogation a laissé 25% des demandeurs d’asile sans protection en 2017.

« Avec l’arrivée des migrants, Vintimille était une ville occupée. »

Une ligne politique à laquelle adhère le maire de Vintimille, qui souhaite préserver l’image touristique et commerciale de sa ville. « On est 30 000 et on ne peut pas payer le prix de plusieurs milliers d’immigrés présents dans la ville, en termes de crédibilité et de sécurité » commente-t-il. Avant de poursuivre : « Avec l’arrivée des migrants, Vintimille était une ville occupée. Les Libyens, Tunisiens, Marocains et Syriens ont une mentalité différente. »

Gaetano Scullino dans son cabinet de maire à Vintimille © Safouane Abdessalem
Gaetano Scullino dans son cabinet de maire à Vintimille © Safouane Abdessalem

Si Gaetano Scullino considère désormais qu’il n’y a « plus de migrants en ville », le nombre de personnes qui se font refouler à la frontière de Menton reste pourtant élevé. « On a compté 45 personnes, dont un mineur aujourd’hui », affirmait en février dernier Adèle, membre du collectif Kesha Niya installé à la frontière, qui dénonce depuis trois ans des violences policières récurrentes. Selon leurs observations, le nombre de personnes refoulées ces derniers mois varie entre 500 et 2 000 par mois. Pour la jeune femme, il est plus juste de parler d'invisibilisation que de disparition de migrants à Vintimille. Suite aux nombreux démantèlements de campements de migrants, le camp de la Croix-Rouge (Campo Roya) est depuis avril 2018 « le seul endroit où ces personnes peuvent trouver une assistance, à six kilomètres de la ville » complète Daniela Trucco.

La « réinformation » de l’extrême-droite

Côté français, la désinformation fait également partie des méthodes utilisées par l’extrême-droite pour discréditer les personnes favorables à l’accueil des migrants (voir épisode 1 de la série). Très actif sur les réseaux sociaux pendant la campagne, le candidat mentonnais du Rassemblement National Olivier Bettati a relayé en juillet 2017 sur son compte Twitter une fausse information publiée par l’hebdomadaire Valeurs actuelles qui annonçait en 2017 l’incarcération à Grasse du « passeur de migrants » Cédric Herrou. L’agriculteur était en réalité en garde-à-vue, avant d’être remis en liberté dans la foulée. Une nuance qui a du échapper à Olivier Bettati. Autre élément fâcheux pour le candidat, toujours en juillet 2017, une « preuve d’une falsification de demandes d’asile » selon lui, qui n’a pas hésité sur Twitter à qualifier l’agriculteur de « dernier maillon d’une mafia de passeurs qui amasse de colossales fortunes grâce à une Europe ouverte aux quatre vents ». Les « documents falsifiés » n’étaient autre que les attestations que l’association Roya Citoyenne préparait aux migrants pour leur faciliter les demandes d’asile.

Pour appuyer ses propos, le candidat aux municipales s’est rendu à la gare de Breil-sur-Roya pour filmer « cent migrants (qui) s'apprêtent à prendre le train gratuitement avec le passeur Cédric Herrou ». Pour rappel des faits, le 16 juin 2017, environ 80 migrants ont pris le train pour se rendre à la préfecture de Nice pour demander l’asile. Les billets de train avaient été payés par la municipalité, une décision qui n’a “pas été bien vue par tout le monde” commente à ce propos le maire de Breil-sur-Roya, André Ipert.

« Pauvres bougres de passage à la recherche de femmes blanches »

Parallèlement à la diffusion en ligne de fake-news, le journal diffamatoire A Vugi d’a la Roya (La voix de la Roya), que Cafébabel s’est procuré, circulait dans la vallée de la Roya. Un journal dont l’auteur n’était autre que le militant fasciste Rodolphe Crevelle (voir épisode 1 de la série), condamné à plusieurs reprises pour « incitation à la haine raciale ». Le journal tiré à 5 000 exemplaires s’en prenait aux réfugiés et à leurs soutiens. Un « brûlot fait dans un style excessivement polémique, avec des attaques ad hominem et des qualificatifs injurieux » selon le Procureur de la République qui a ouvert une enquête suite à la publication du premier numéro.

Il faut dire que Crevelle ne faisait pas dans la dentelle. Dans un de ses articles, le militant de l’ultra-droite s’est distingué par une longue tirade rendant hommage aux migrants de la vallée. « Pauvres bougres de passage lancés à la recherche de la modernité, de la vie facile et de femmes blanches qui sont évidemment le principal stimuli d’une immigration chez les festivistes comme la conséquence épouvantable de guerres, de dictatures ou de misères dont personne ne voit d’ailleurs jamais la trace sur ces jeunes gaillards plein de sève, connectés à l’extrême, qui ont traversé des océans comme on peut le faire à cet âge quand on a une Marylin Monroe en tête et que l'on se masturbe quatre fois par jour en streaming ».

Premier numéro d’A Vugi d’a la Roya, le 24 juillet 2017
Premier numéro d’A Vugi d’a la Roya, le 24 juillet 2017

Si A Vugi , particulièrement extrême, n’est pas officiellement lié au Rassemblement National, la frontière entre ces différents acteurs est parfois floue comme le montre le soutien de Défendre la Roya (association d’extrême droite proche du RN, impulsée par Olivier Bettati) au journal A Vugi.

À quelques jours des municipales, l’extrême-droite continue d’instrumentaliser les migrants. Le 2 mars dernier, Philippe Vardon tweetait à propos de la crise migratoire à Lesbos : « Regardez ces pauvres réfugiés, fuyant la guerre et la misère en jetant des cocktails molotovs sur la frontière grecque en criant Allah Ackbar » à propos d’une vidéo relayée par la fachosphère. La vidéo, où l’on ne voit pas de cocktail molotov, a été prise par un migrant au moment où ont éclaté des heurts à la frontière turque, entraînant des tirs de grenades lacrymogènes par les forces de l'ordre face aux jets de pierre des migrants. « L'immigration massive n'engendre que le chaos » commentait pour sa part Philippe Scemama, colistier de Philippe Vardon aux municipales.

D’après un récent sondage, le candidat du RN est crédité à 13 % des intentions de vote au premier tour, contre 49% pour le maire sortant Christian Estrosi. Influencer l’opinion publique en diffusant des informations non vérifiées ne fait pas encore l’unanimité chez les électeurs des Alpes-Martimes. À Vintimille, Gaetano Scullino n’a pas eu besoin d’axer sa campagne électorale sur la question migratoire. « Une ville où la droite a été au pouvoir plus souvent et plus longtemp que la gauche » analyse Daniela Trucco, qui qualifie de « minime » l’impact de l’élection du maire soutenu par la Lega sur la gestion des migrants à la frontière, « le système d’accueil étant déjà rodé au moment des élections ».


Cet article est le deuxième de la série en trois volets, La frontière des extrêmes. À travers son enquête à la frontière franco-italienne, le journaliste Safouane Abdessalem a tenté de découvrir les stratégies électorales de l'extrême droite aux municipales 2020. Liens plus ou moins assumés avec les groupuscules identitaires, publication de fausses informations sur la question migratoire, poursuite des associations solidaires locales, jusqu'où l'extrême droite est prête à aller pour séduire les électeurs ? Retrouvez la suite de cette enquête dans les prochains épisodes.

Ce projet a été réalisé en collaboration avec l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales. Il a été coordonné par le OpenEdition Center et financé par le Fonds de soutien à l'émergence et à l'innovation dans la presse du Ministère de la Culture.

Photo de couverture : Ancien poste frontière à Menton © Safouane Abdessalem